La PrEP

La PrEP

icone
Cliquez sur l’icône à gauche pour afficher le menu !

La PrEP, qui signifie Prophylaxie Pré-Exposition (ou Pre-Exposure Prohylaxis en anglais), est une stratégie de réduction du risque de contracter le VIH basée sur l’utilisation d’un médicament antirétroviral à prendre au cours d’une période d’exposition à un risque de contamination. Cette stratégie s’accompagne d’un suivi renforcé et individualisé en santé sexuelle.

Les résultats concluants des essais Partners PrEP1, PROUD2, Ipergay3 ou encore de la clinique Kaiser4 à San-Fransisco ont démontré l’intérêt de la mise en place d’une offre de PrEP intégrée à un dispositif complet d’accompagnement en santé sexuelle, pour les personnes les plus exposées au risque de contracter le VIH. L’observance au protocole proposé étant la clé de la réussite de cette stratégie de prévention.

Le médicament utilisé dans la plupart des essais de PrEP est le Truvada ®, combinaison de deux antirétroviraux hautement actifs contre le VIH, connus pour leur efficacité et leur faible toxicité dans le traitement des personnes vivant avec le VIH. L’usage de ce médicament nécessite un accompagnement et un suivi médical régulier.

L’accès dans un cadre règlementaire à la PrEP est possible sous certaines conditions en France depuis janvier 2016, dans le cadre d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU).

A qui s’adresse la PrEP ?

La PrEP s’adresse à toutes les personnes n’utilisant pas systématiquement le préservatif lors de leurs rapports sexuels et qui sont à haut risque de contracter le VIH. Le rapport du groupe national d’experts contre le VIH en France5 recommande l’utilisation de la PrEP en particulier chez les publics suivants :

  • Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes séronégatifs à haut risque d’acquisition du VIH,
  • Les personnes transgenres ayant des relations sexuelles à haut risque d’acquisition du VIH

Les experts précisent que les personnes à haut risque d’acquisition du VIH sont celles

  • ayant eu des relations anales non protégées avec au moins deux partenaires,
  • ou ayant présenté plusieurs épisodes d’Infections Sexuellement Transmissibles dans l’année qui s’est écoulée,
  • ou ayant eu recours à un traitement d’urgence contre le VIH dans l’année,
  • ou encore consommant des substances psychoactives dans un cadre sexuel.

Les experts recommandent enfin l’utilisation de la PrEP chez les usagers de drogues par voix intraveineuse avec partage de seringue, personnes en situation de prostitution exposée à des rapports sexuels non protégés et toute personne en situation de vulnérabilité exposée à des rapports sexuels non protégés à haut risque de transmission du VIH.

Comment marche la PrEP ?

La PrEP est administrée sous la forme d’un comprimé de Truvada ® à prendre une fois par jour tant que la période d’activité sexuelle se poursuit. Ce comprimé contient deux antirétroviraux hautement actifs contre le VIH, le Ténofovir et l’Emtricitabine,

Les antirétroviraux présents dans l’organisme empêchent alors le VIH (mais pas les autres IST) de s’installer et en cas d’exposition évitent ainsi une contamination.

Chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et les personnes transgenres ayant des relations anales, l’essai ANRS-Ipergay3 a montré que le schéma de prise pouvait être à la demande, en fonction de l’activité sexuelle, comprenant deux comprimés pris entre 24h et 2h précédant l’acte sexuel, puis un comprimé 24h et un autre 48h après la première prise. Tant que la période d’activité sexuelle se poursuit, la prise toutes les 24h doit être envisagée. Lorsque cette période se termine, il est important de ne pas oublier les prises 24h et 48h après celle précédent le dernier rapport sexuel.

Le schéma de prise à la demande est néanmoins contre-indiqué chez les personnes porteuses du virus de l’hépatite B.

 

Quelles sont les contre-indications médicales ?

L’initiation d’un traitement par Truvada ® dans le cadre de la PrEP est contre-indiquée en cas de :

  • Séropositivité au VIH ou sérologie VIH inconnue,
  • Présence de signes ou symptômes d’infection aiguë par le VIH (symptômes proche d’une grippe, ganglions, etc.),
  • Problématiques rénales caractérisées par une clairance à la créatinine < 50 ml/min,
  • Allaitement,
  • Hypersensibilité à l’un des principes actifs ou des excipients du produit.

Par ailleurs le schéma d’administration non continu est contre-indiqué en cas d’infection au virus de l’hépatite B.

Le médecin veillera à vérifier ces contre-indications avant de prescrire la PrEP.

 

Références documentaires :

1 Baeten J Antiretroviral Pre-Exposure Prophylaxis for HIV-1 prevention among heterosexual African men and women: the Partners PrEP Study. Sixth International AIDS Society Conference on HIV Pathogenesis, Treatment and Prevention, Rome, abstract MOAX0106, 2011.

2 McCormack S et al. Pragmatic Open-Label Randomised Trial of Preexposure Prophylaxis: The PROUD Study. 2015 Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI), Seattle, USA, abstract 22LB, 2015.

3 Molina J-M et al. On Demand PrEP With Oral TDF-FTC in MSM: Results of the ANRS Ipergay Trial. 2015 Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI), Seattle, USA, abstract 23LB, 2015.

4 Volk JE et al. No new infections with increasing use of HIV preexposure prophylaxis in a clinical practice setting. Clinical Infectious Diseases, early online publication. doi: 10.1093/cid/civ778. 2015.

5 « Prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH », actualisation des recommandations concernant la prophylaxie pré-exposition (PrEP), sous la direction du Pr. Philippe Morlat, oct. 2015