J’utilise de la PrEP

J’utilise de la PrEP

Vous prennez de la PrEP ? Voici quelques questions qui reviennent régulièrement chez les utilisateurs de la PrEP. N’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook « PrEP’Dial » qui réunis utilisateurs, acteurs et professionnels de la PrEP.

Si je suis sous PrEP, est-ce qu’un partenaire séropositif avec une charge virale détectable peut m’infecter ?

Les différents essais cliniques qui ont été menés ont évalué la prise de PrEP indifféremment du statut sérologiques du ou des partenaires ou du niveau de leur charge virale. C’est bien l’observance au protocole indiqué dans l’essai, c’est-à-dire le respect des schémas de prise des comprimés, qui permet d’atteindre un haut niveau de protection contre le VIH.

Est-ce que la PrEP peut modifier le résultat des tests de dépistage du VIH, des IST et des hépatites ?

Il n’y a à ce jour pas de cas documenté de diagnostic erroné pour le VIH, les IST ou une hépatite associé à la prise de Truvada® en PrEP. Il est fortement recommandé d’effectuer régulièrement des dépistages, pour ne pas passer à côté d’une infection récente nécessitant un traitement adapté.

Que se passe-t-il si je loupe accidentellement une prise de Truvada® ?

Si un rapport sexuel présentant un risque de contracter le VIH a eu lieu avant ou après l’oubli, il est fortement recommandé de se rendre à l’hôpital au plus tard dans les 48h après le rapport pour bénéficier d’un traitement Post-Exposition. A l’issu de cette démarche, il est nécessaire de recommencer le protocole de prise de la PrEP comme si vous veniez de l’initier et tel qu’il a été indiqué par la prescription.

Si aucun rapport présentant un risque de contracter le VIH n’a eu lieu avant ou après l’oubli, il est nécessaire de recommencer le protocole de prise de la PrEP comme si vous veniez de l’initier et tel qu’il a été indiqué par la prescription.

Dans tous les cas un dépistage du VIH, des IST et des hépatites dans les semaines qui suivent est important pour lever le doute sur une éventuelle contamination.

Si j’ai loupe un comprimé hier, puis-je en prendre deux aujourd’hui.

En cas d’oubli d’un comprimé, il est nécessaire de recommencer le protocole de prise de la PrEP comme si vous veniez de l’initier, tel qu’il a été indiqué par le médecin.

Je suis dans le schéma à la demande, si j’ai pris mes deux cachets de Truvada® pour la prise initiale, mais je n’ai rien fait ce jour là, que par conséquent je n’en n’ai pas repris 24 h plus tard et que je planifie un plan le lendemain, donc 48h après la double dose, dois-je reprendre deux comprimés ou seulement un seul ?

On peut s’abstenir de recommencer par 2 comprimés si dans les 7 jours précédents un cycle complet (2+1+1) ou continu comportant un cycle complet (2+1+1+…+1) a été suivi.

On me dit qu’il est important de bien respecter les prises pour que la PrEP soit la plus efficace possible. Que puis-je faire pour me souvenir de prendre mon comprimé tel qu’indiqué par le médecin ?

L’expérience a montré qu’il était difficile de respecter scrupuleusement la prise d’un médicament sur le long terme. Rappel sur son téléphone, décision de prendre le comprimé au moment du repas du soir… chacun développe ses techniques pour respecter les prises.

Si vous sentez être en difficulté par rapport au respect des prises, n’hésitez pas à en discuter avec d’autres utilisateurs de PrEP sur le groupe Facebook « PrEP’Dial » ou à contacter les accompagnateurs PrEP de l’association AIDES sur prep@aides.org.

J’ai déjà commencé à prendre de la PrEP, que se passe-t-il si je souhaite prendre mon comprimé à un horaire différent ?

Il est important de respecter la prise du comprimé 24h après la précédente prise pour maintenir un haut niveau d’efficacité face au VIH. Un décalage de +/- 2h est néanmoins toléré. Par conséquent, si vous souhaitez décaler de plusieurs heures le moment de la prise de votre comprimé, allez-y en plusieurs étapes en décalant chaque jour d’une heure ou deux le moment de la prise.

A l’occasion d’un voyage, je me rends dans zone horaire différente. Comment dois-je prendre mon comprimé ?

Il est important de respecter la prise du comprimé 24h après la précédente prise pour maintenir un haut niveau d’efficacité face au VIH. Un décalage de +/- 2h est néanmoins toléré.

En cas de voyage il est donc important d’anticiper le décalage horaire pour planifier l’heure à laquelle vous souhaitez prendre votre comprimé une fois à votre destination et l’heure à laquelle cela correspond dans votre zone de départ. Le décalage que cela représente par rapport à votre horaire habituel peut ainsi être anticipé plusieurs jours avant votre départ, en décalant chaque jour d’une heure ou deux le moment de la prise.

Ex : je prends mon comprimé tous les jours à 20h. Je pars dans un pays où il y a -6h de décalage horaire. Je souhaite garder l’horaire de 20h pour mes prises une fois à destination. Cela correspond ainsi à 2h du matin dans ma zone de départ. Deux jours avant mon départ, je commence à décaler mes prises : le premier jour à 22h, le second à minuit et une fois arrivée à destination je pourrais le prendre à 20h (ou 2h du matin dans ma zone de départ).

Est-ce que le moment dans la journée de la prise du Truvada® est important ?

Oui et non. L’efficacité ne changera pas selon le moment où le Truvada® est pris. Le comprimé a simplement besoin d’être accompagné par un repas ou une collation.

Néanmoins nous avons tous des rythmes de vie différents aussi est-il nécessaire de choisir le bon moment pour que vos prises puissent être régulières. Si vous aimez faire la grasse-matinée le week-end, ne programmez pas de prendre votre comprimé tous les matins à 8h.

La PrEP doit-elle être prise au cours d’un repas ?

Le Truvada® nécessite d’être pris au cours d’un repas ou accompagné d’une collation.

Le médicament me donne la nausée. Que puis-je faire ?

Les nausées peuvent se produire au moment de l’initiation de la PrEP et s’estompent rapidement. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui vous donnera des conseils pour limiter les épisodes d’effets indésirables ou vous prescrira éventuellement de quoi les atténuer.

Quand est-ce que je dois arrêter de prendre de la PrEP ?

Vous pouvez tout à fait stopper momentanément votre utilisation de la PrEP. Lors de l’arrêt il est important de continuer de prendre les prises 24h et 48h après la prise précédent le dernier rapport sexuel. Lorsque vous souhaitez reprendre, veiller également à bien initier la prise du traitement comme si c’était la première fois et à maintenir un suivi médical régulier.

Plusieurs situations peuvent motiver l’arrêt de la PrEP :

  • La prise du Truvada® génère chez moi des effets indésirables. Il convient alors d’évaluer avec le médecin le bénéfice/risque de continuer à prendre de la PrEP. La plupart des effets indésirables du médicament sont en effet réversibles après l’arrêt.

 

  • Je considère que mon activité sexuelle ne justifie pas de prendre un médicament. Il ne faut pas oublier que le risque ne dépend pas uniquement de la fréquence mais aussi des pratiques et du contexte de ses rapports sexuels. On sait par exemple qu’un garçon gay a beaucoup plus de risque de contracter le VIH lors d’un rapport sexuel qu’un garçon hétérosexuel. N’hésitez pas à discuter avec votre médecin de la manière dont vous pouvez adapter vos prises à la fréquence de votre activité sexuelle.

 

  • Je n’arrive pas à respecter le schéma de prise du Truvada® tel qu’indiqué par mon médecin. N’hésitez pas à voir avec votre médecin quel schéma de prise peut être adopté pour améliorer l’observance. Outre le schéma de la prise quotidienne, il a en effet été démontré chez les hommes gays et les personnes trans qu’une prise intermittente 2h avant un rapport sexuel puis 24h et 48h après la première prise offre également un haut niveau de protection face au VIH tout en évitant d’en prendre tous les jours alors qu’il n’y a pas d’activité sexuelle. Ce schéma de prise n’a néanmoins pas été testé chez d’autres publics.

… dans tous les cas, parlez en avec votre médecin et n’hésitez pas à échanger avec d’autres utilisateurs de la PrEP sur le groupe Facebook « PrEP’Dial » ou encore avec un accompagnateur PrEP de l’association AIDES (prep@aides.org).

Si je n’ai pas de rapports sexuels en ce moment, dois-je toujours prendre de la PrEP ?

Vous êtes libres d’arrêter la PrEP quand vous le souhaiter quelqu’en soit la raison. L’important est d’en discuter avec votre médecin et de respecter les schémas d’arrêt et de reprise de la PrEP.

Est-il dangereux de prendre du Truvada® après avoir bu de l’alcool ?

L’alcool n’est pas connu pour avoir des interactions avec les molécules contenues dans le Truvada® et cela n’altère pas non plus l’efficacité de la PrEP.

Il faut néanmoins être vigilant au risque d’oublier la prise du Truvada® suite à une consommation d’alcool. N’hésitez pas à programmer un rappel sur votre téléphone si vous prévoyez de consommer de l’alcool.

Est-il dangereux de prendre des produits psychoactifs (ecstasy, cannabis, etc.) alors que je suis sous PrEP ?

Les interactions entre les molécules contenues dans le Truvada® et les produits psychoactifs sont mal connues et peu documentées, certains antirétroviraux semblant accentuer et d’autres au contraire amoindrir leurs effets. En cas de prises de produits, il convient donc de veiller à adapter les doses consommées et leur fréquence pour réduire le risque de surdose.

A noter que les produits psychoactifs pouvant altérer la perception du temps et des priorités, vous risquez de manquer une ou plusieurs prises. Si vous prévoyez de consommer des produits, pensez à programmer un rappel sur votre téléphone.

Dois-je informer mes partenaires ou mes amis que je suis sous PrEP ?

Il est toujours intéressant de discuter avec ses partenaires de réduction des risques ou de parler avec ses de ses pratiques dans la mesure où chacun respecte et ne juge pas l’autre. Mais rien ne vous y oblige.

Quelles sont les effets secondaires à long terme du Truvada® ?

Le Truvada® est connu pour provoquer chez un petit nombre de personnes des troubles rénaux et peut agir sur la densité des os et ainsi provoquer un risque accru de fractures. Le médecin évaluera avant d’initier la PrEP d’éventuelles contre-indications médicales et suivra évaluera certains indicateurs cliniques et biologiques pouvant laisser à penser qu’un effet indésirable se produit. Ces troubles sont néanmoins réversibles après l’arrêt du Truvada®

Nous manquons encore de données sur les effets secondaires du Truvada® sur le très long terme, ce médicament ayant été introduit il y a une dizaine d’années environ sur le marché.